mercredi 21 juin 2017

Tarte paysanne au chou et aux lardons


Une manière un peu différente d’accommoder un chou, et cela marche avec à peu près toutes les sortes, j'en ai même fait une au pesaï. De la même façon on peut substituer une pâte brisée à la feuilletée. Les ingrédients en italique sont facultatifs. 
mlb

Préparation : 30 minutes
Cuisson : 50-60 minutes
6 personnes

pâte feuilletée 
papier sulfurisé
légumes secs (pois, lentilles, pois chiche, etc.)
Allumer le four à 180 °C (th. 6-7), et précuire 10 min la pâte recouverte d’un papier et de légumes secs.

1/2 chou (vert ou blanc)
Laver le chou, le détailler en lamelles, le faire blanchir 10 min dans une casserole d'eau bouillante ou à la vapeur. Égoutter.

200 g de lardons fumés
2 ou 3 échalotes
1 cc de graines de cumin
1 cs de pesto
Éplucher et détailler les échalotes. Les faire revenir dans une grande poêle avec les lardons. Ajouter le chou, les graines de cumin, le pesto. Laisser cuire à feu doux 5 à 10 min. 

1 cs de parmesan râpé
3 œufs
50 g de crème fraîche, ou crème amande
sel
poivre
1 pincée de muscade
Battre les œufs en omelette, saler éventuellement (attention aux lardons et au parmesan…), poivrer, ajouter la muscade, le parmesan, incorporer peu à peu la crème.

3 cs de mélange de graines pour salade
Incorporer hors du feu le chou dans ce mélange. Répartir sur la pâte précuite. Saupoudrer de graines.
Faire cuire 30 à 40 minutes selon le four et la pâte choisie.

samedi 1 avril 2017

Bénédicte, ou l’enthousiasme d’une pionnière



Dans la série « Ils font l’Amap », voici le deuxième des trois volets, la création de notre Amap par Bénédicte.

Il fallait le faire, et elle l’a fait. Son instinct de mère l’a poussée vers le bio quand tout un chacun était encore loin d’avoir perçu les méfaits de l’agriculture industrielle ; son envie citoyenne l’a incitée à créer une Amap, quand elle ne connaissait rien des associations ni de la culture potagère ; et son allant naturel lui a permis de persuader une ferme et de recruter les premiers participants.

Si elle a toujours été sensible à la nature, le besoin de bio est venu à Bénédicte Assogna quand elle attendait son premier enfant, Guillaume, et l’envie d’Amap pendant la grossesse de la dernière. « L’écologie, ce n’est pas du tout mon éducation de base. J’avais entendu parler du bio et visité quelques boutiques, à l’époque hors de prix ; ce n’était pas pour moi, je n’en avais pas les moyens. Mais à l’arrivée de Guillaume, c’est devenu une évidence : il fallait que mon enfant mange le plus sainement possible. » D’abord pour les enfants et rien que pour eux, elle a donc commencé à cuisiner les légumes ratatinés, rabougris, au prix inversement proportionnel à leur aspect, les seuls biologiques que l’on trouvait à Paris dans les années 1990 ; elle s’est rapprochée des magasins spécialisés, y a rencontré d’autres personnes qui s’interrogeaient – à ce moment-là, les quelques lieux où l’on pouvait s’approvisionner étaient plate-forme d’échange encore plus que maintenant. Elle s’est renseignée, a lu des brochures, des revues (L’Âge de faire), des livres (notamment Printemps silencieux de Rachel Carson, publié en 1962, qui fit prendre conscience problèmes liés aux pesticides et à la pollution de l'environnement). « Et petit à petit, j’ai réalisé que le fait de manger tous bio était aussi un acte citoyen. »
Une décennie plus tard, Bénédicte a changé de vie, de mari et de foyer, elle habite désormais à Freneuse et attend l’arrivée de sa cinquième, Claire. Son intérêt pour le bio et l’écologie est allé grandissant ; dans ses recherches sur le Net elle a découvert le site Terre de liens, le blog de Fabrice Nicolino[1], auteur dont elle ne manque pas un livre, et fait ses courses à la Biocoop du Mantois. C’est dans leur journal qu’elle découvre le réseau des Amap. « Ça avait fait un grand boum en région parisienne et je me suis dit qu’il pourrait y avoir une ferme intéressée dans les environs. »

Trouver une ferme, créer une association

Ni une ni deux, renseignements pris à la Biocoop, Bénédicte se met en recherche. La ferme de Vaulezard, celle des Millonets près de Vétheuil, une maraîchère à Villarceaux… et Agnès, à Cravent, la plus locale. « Agnès était tentée par le phénomène Amap, son compagnon nettement moins [rappel, ce n’était pas encore Richard…] ; produire pour un nombre précis de personnes, ce n’est pas comme pour des marchés, il y avait beaucoup de choses à changer et la terre n’y est pas adaptée du jour au lendemain. » Heureusement, la même semaine, Isabelle, de Vaucresson, leur téléphonait elle aussi, pour demander la même chose, ce qui a pesé… Et Agnès, épuisée, était très tentée de se dispenser de la fatigue supplémentaire des marchés[2]. Après quelques semaines de discussions convaincantes, un contrat fut convenu, du 1er juin à la fin de l’année 2007.
Bénédicte n’avait jamais participé à une association de sa vie et en avait encore moins créé ; pendant ses vacances, elle s’est lancée dans une autoformation accélérée, merci Internet ; mais avant de commencer, il fallait réunir un groupe de personnes intéressées. « Je ne connaissais pas trop d’écolos dans le coin ; j’ai demandé à mes copines, à mes voisines, mes fréquentations d’école. J’en ai réuni quelques-unes dans mon salon, façon réunion Tupperware, pour leur parler de ce projet et voir si ça leur disait de monter une association ; elles ont été partantes. Si toutes n’étaient pas très convaincues, plus motivées par une nourriture saine qu’une démarche écolo, tout le monde se rassemblait dans le “pourquoi pas”. » De bons auspices (toujours teintés de Biocoop) lui permirent de rencontrer Christelle Rouvel, de Bonnières ; Bénédicte n’a pas assez de mots pour dire combien la présence et les compétences de celle-ci lui ont été précieuses. « Elle avait un avantage certain sur moi, étant comptable de métier, domaine dans lequel je n’ai aucune formation. J’aurais eu un peu peur de partir là-dedans toute seule. »
Christelle a délaissé la comptabilité
pour le ramassage de carottes…
Voici donc le bureau constitué, Bénédicte présidente, Christelle trésorière et secrétaire, voire graphiste : « C’est elle qui a fait le premier triptyque de présentation de l’Amap. » Avec une quinzaine de contrats pour démarrer. Et c’est là que le compagnon d’Agnès a lâché l’affaire, permettant de démontrer que la solidarité entre Amapiens et agriculture paysanne n’est pas un vain mot[3]. La gymnastique pré et postnatale de Bénédicte se fit donc dans les champs, pour son plus grand bonheur. « Isabelle, [de Vaucresson], Christelle et Thierry [Rouvel] étaient aussi très présents, et d’autres passaient, selon leur disponibilité. Ça m’a vraiment plu. J’ai même envisagé un moment de m’associer avec Agnès qui cherchait quelqu’un, mais je me suis vite rendu compte que je n’avais pas la santé pour cette profession ; elle demande trop de force physique et mentale. Autant il est sympa de venir faire deux heures de cueillette, on se détend, comme dans une séance de taï-chi, autant être plié au milieu des plantes de 6 heures du matin à 23 heures le soir, et en toute saison, demande une santé de fer ; sans compter le stress, le risque permanent que ça ne pousse pas, que ça pousse trop, qu’il y ait des champignons… Je tire mon chapeau à tous nos paysans, moi, je n’ai pas la force. »
Le premier lieu de distribution de L’Amda de la Boucle fut improvisé sous le cerisier des Assogna, puis dans leur garage, dans la même rue des Bastiannes où se trouve l’actuel hangar de distribution. Et ça a commencé, « très petitement », avec une quinzaine de paniers, pas très fournis à dire vrai. « Au début, il n’y avait pas forcément tout ; on jonglait avec de maigres récoltes ; je me souviens avoir, une fois, rapporté des noix, pour compléter. » Même sans aller dans les champs, les adhérents de la première heure ont ainsi tous contribué à ce lancement réussi, grâce leur en soit rendue.

Les temps heureux des ateliers

«  Donc voilà, ça s’est développé comme ça, petit à petit. Claire a grandi, il y avait déjà plus de monde et j’adorais, au printemps, quand je ramenais son lit parapluie et le mettais sous le chêne, à l’entrée ; on ramassait les fèves, et elle, dans les fleurs de fèves, dormait sous sa couette juste à côté de moi. Les enfants découvraient les plantes, comment ça pousse, tout cet équilibre toute cette vie… Je m’entendais très bien avec l’âne Pilou, on se faisait des câlins. »
Samuel découvre
 les bébés chouettes.
Et, très vite, des bonnes volontés se sont lancées dans la création d’ateliers à la ferme, avec l’Amap du Cresson gourmand (Vaucresson) ; pendant que les parents cueillaient, les enfants avaient des ateliers animés par des animateurs extérieurs ou des Amapiens. « Il y a eu ainsi une journée des abeilles avec Jean Cohin qui avait une ruche sous verre ; des parents d’une famille nombreuse avaient fait un atelier arc et flèches, déguisés en cow-boys et indiens, Marin avait adoré. Une autre fois, celui qui s’occupait des chouettes dans le coin était venu relever les bébés chouettes ; les enfants ont pu les prendre dans leur main et les peser, avant qu’on les remette dans leur nichoir qu’ils avaient entre-temps nettoyé. C’était plein de moments magiques comme ça. » 
Alice et ses copines ont fait des
couronnes de lierre et de fleurs.
Les adultes ont eu également leurs sessions de découverte, avec par exemple un atelier de massages en famille selon une méthode québécoise, un atelier pour apprendre à cuisiner les plantes sauvages, un autre sur l’utilisation des huiles essentielles. « J’ai eu l’idée d’élargir le mouvement, et c’est pour cela que notre Amap s’appelle Amda, l’idée étant de créer un vrai mouvement citoyen et culturel. J’avais vu trop grand, mais maintenant ça se fait autrement, et David a créé Le Mantois en transition. »
Et puis Bénédicte a eu besoin de se remettre à travailler, et même de se trouver un nouveau métier, professeur des écoles, pour lequel elle a repris les études. Il n’y avait plus autant de temps pour l’Amap dans son planning, et elle a passé la main à Corine, grâce à qui (et à la mairie de Freneuse) la distribution se fait maintenant dans le local de la rue des Bastiannes. Il n’y a plus d’atelier, mais ceux du début ont contribué à cimenter les liens dans la toute jeune association. Et qui sait, cela reviendra peut-être…

Il reste un épisode dans l’histoire conjointe de L’Amda de la Boucle et des légumes de Cravent : dans le précédent nous avions laissé Agnès seule face à ses cultures, bien qu’épaulée par de nombreux(ses) Amapien(ne)s ; le troisième volet (que j’espère moins tardif que celui-ci) sera pour l’arrivée du chevalier blanc… ou plutôt vert !
mlb




[1] Planète sans visa, https://fabrice-nicolino.com/
[2] Cf. papier précédent « Agnès, ou comment réussir son projet de vie ».
[3] Ibid.

mercredi 7 septembre 2016

Conserves de tomates

photo Méli Mélo

Si vous avez trop de tomates dans votre panier et que vous ne savez comment les cuisiner, faites en des conserves pour les utiliser cet hiver. Voici une vidéo explique fort bien et simplement la manip.




Si vous avez un petit peu plus de temps, faites directement un coulis à utiliser en base de sauce ou sur une pizza, et conservez-le de même en stérilisant les pots ou en les congelant.
Ci-dessous, une autre vidéo ou, si vous préférez l'écrit, voir ici.
Personnellement, je rajouterais quelques feuilles ciselées de basilic au moment de l'utilisation.
mlb





dimanche 28 août 2016

Comparaison nutritive entre des tomates, issues de semences paysannes ou de semences hybrides F1


Vendredi dernier nous avons eu des tomates à profusion. Réjouissons-nous, Richard utilise des semences paysannes, et les résultats des tests sont sans appel : elle sont d’un valeur nutritive largement supérieure à celle des variétés hybrides (même bio) en vente en supermarché.
Ci-dessous, l’extrait du documentaire de Linda Bendali et Sophie Le Gall « Que mangeons-nous vraiment ? De la terre à l'assiette », nous le démontre.
mlb



de manu sur Vimeo.

vendredi 26 août 2016

« Manouches »



Saviez-vous que Daniel, notre boulanger chéri (plus pour très longtemps, hélas) est le héros d’une bande dessinée ? Ou du moins le deuxième rôle, le premier étant Archange, le patriarche d’une famille manouche, qui est son grand ami, l’appelle au secours quand les sédentaires lui font des misères, et discute avec lui de ce qui les unit, de ce qui sépare les Voyageurs des gadjos, et de l’histoire, notamment celle des camps.


Krkrist Mirror travaille depuis des années sur le thème des Tziganes et a écrit « Manouches » d’après un récit raconté par Daniel Boitard qui était à l’époque instituteur de Gens du voyage.


C’est paru aux éditions Steinkis et vous pouvez le trouver à la librairie de Limay, la Nouvelle Réserve*.
J’en profite pour vous recommander chaudement cette scoop où l’on trouve toutes sortes d’ouvrages intéressants, et où l’on peut commander ceux qui n’y sont pas, plutôt que de le faire sur des sites douteux.
mlb
* 5 rue du Maréchal-Foch, 78520 Limayhttp://lanouvellereserve.fr/

P.-S. : je peux aussi le prêter (quand Giorgio et moi-même aurons fini de le lire) à ceux qui m’en feront la demande à giomib@gmail.com

jeudi 30 juin 2016

Agnès, ou comment réussir son projet de vie


photos Bénédicte Assogna


Dans la série « Ils font l’Amap », cet article est le premier de trois volets relantant l’histoire des Légumes de Cravent et de l’Amda de la Boucle à travers trois personnages : Agnès, Bénédicte et Richard. 
Rythme de parution inconnu… mais voici enfin la première.


La création des Légumes de Cravent est le résultat d’une alliance entre une vocation de vie adolescente, une éducation dans un milieu familial précocement écolo et une ténacité capable de surmonter bien des tempêtes, furent-elles paperassières…


Elle avait 15 ans et seules les bouffées d’oxygène de ses week-ends à Cravent lui permettaient de supporter la semaine à la ville. Elle savait sans l’ombre d’un doute que sa vie serait là, dans la maison des communs du « château » (en fait une grande maison, la plus imposante et centrale du village) acheté par ses arrière-grands-parents. Elle y vivrait « en autarcie, de troc et sans argent, chauffée au bois coupé à la scie, avec des chevaux et sans pétrole ». Agnès ne se trompait pas vraiment sur son avenir, même si, trente ans plus tard, elle a fait des concessions sur le troc, la scie manuelle, le pétrole, et si ses chevaux sont des ânes. Effectivement, elle vit à Cravent (pas dans la maison dont rêvait l’adolescente, mais dans la ferme), chauffée au bois, au milieu de ses légumes (aujourd’hui ceux de Richard), de ses poules, son coq, son chat, son chien et sa très chère famille.
Le parcours a connu quelques détours entre-temps. D’abord avec la réserve de ses parents devant ses projets. Son père, certes, n’aurait su désapprouver une si noble ambition de sobriété radicale. Jean Carlier fut un des pionniers de l’écologie en France ; directeur de l’information à RTL, il a participé à la fondation de l’Association des journalistes-écrivains pour la nature et l’écologie, en 1969 et, en 1974, dirigea la campagne du candidat René Dumont à la présidentielle. Mais il préférait sans doute une sobriété raisonnable, et ce fut le classique : « Passe ton bac d’abord ! » Heureusement, Agnès aimait les sciences naturelles, et embraya après le bac sur la biologie, études qui se terminèrent par un stage à l’Agence de l’eau, lui-même conclu par une proposition d’embauche pour quelques mois plus tard.
On est en 1998. Le rêve de vie à Cravent n’est pas oublié pour autant. Et justement un ami de Jean Carlier, Philippe Desbrosses, a créé un centre de formation au maraîchage bio en Sologne. Agnès profite de ce délai avant d’intégrer son premier emploi pour aller découvrir, sur trois mois de stage, comment on peut s’installer en maraîchage bio quand on n’y connaît rien. Nouvelle graine sur son chemin qui lui permit de commencer à élaborer son projet.
« À Cravent il y avait cette ferme qui n’en était plus une depuis cinquante ans, et ma grand-tante était d’accord pour qu’éventuellement je m’installe dedans. C’était un bâtiment à l’abandon, dont les trois hectares de terrain étaient baillés à un céréalier jusqu’en 2004. Je savais donc que je ne pourrais pas reprendre les terres avant. » Agnès partit donc travailler à l’Agence de l’eau… et profita de cette stabilité pour « faire des enfants » (deux garçons). Régis, leur père, adhéra totalement au projet, entreprit de remettre la ferme en état et alla faire la formation diplômante requise afin de pouvoir exercer. « Mes cinq ans de biologie, d’études des sols, des terres, de la botanique, des insectes, etc., ne comptaient pas. Il a appris notamment – un vrai casse-tête – à décortiquer et remonter une moissonneuse-batteuse… Était-ce plus utile pour le maraîchage ? »

Installation et obstacles persistants
L’année 2004 arrive enfin, et l’installation tant attendue dans la ferme de Cravent va prendre des allures de parcours du combattant. D’abord monter le dossier ÉPI (étude préalable à l’installation), avec le calcul de tous les investissements des cinq premières années et la recherche des pièces demandées. « La chambre d’agriculture nous a beaucoup aidés, je le souligne toujours ; nous y avions deux alliés de poids, un technicien bio et un conseiller de gestion. » Vint enfin en juillet le rendez-vous devant la commission agricole (CDOA) pour obtenir son sacro-saint accord et les aides à l’installation indispensables pour acheter la serre. Las, il leur fallut trois fois sur le métier remettre leur projet, essuyer deux refus, enquêter comme des Sioux sur les raisons sous-jacentes qui leur avaient valu l’élimination, pour enfin décrocher la timbale… en décembre.
« Depuis que je m’étais lancée, raconte Agnès, j’entendais une rumeur persistante, selon laquelle l’aide à l’installation, c’était l’aide aux installés : aucun problème pour ceux qui ont déjà les terres, les fermes, le matériel, mais ceux qui ont besoin de tout sont refusés. » Et, bingo, le coup de fil à la DDA pour connaître le motif du premier refus est justement : « On ne peut pas vous donner quoique ce soit, il n’y a rien chez vous. » À quelques encablures du renoncement, Agnès finit par apprendre d’une interlocutrice compatissante la raison principale de leur rejet. « Dans notre étude, il n’y avait pas d’emprunt. Nulle part n’était cité le Crédit agricole, dont des représentants sont autour de la table à la commission. Déjà nous n’étions pas dans le moule traditionnel de l’agriculture, alors, sans emprunt, nous n’avions plus aucune crédibilité. » Il ne restait plus qu’à ouvrir un compte à la banque institutionnelle de l’agriculture et prendre chez elle un emprunt avant le troisième rendez-vous… Et, de fait, celui-ci fut bon pour accord.
Bien évidemment, ils ont aussitôt renoncé à l’emprunt. Mais l’hiver n’est pas la meilleure saison pour lancer une activité de maraîchage, et encore moins le printemps car entre la commande de la serre, ses délais de réception et le montage, le mois avril était arrivé quand purent commencer les plantations. Qui furent très rapidement suivies de l’arrivée de taupins (ver fil de fer), petits vers orange, larves d’un coléoptère, dont le rôle dans l’écosystème est de décomposer pour faire de l’humus. C’est très utile dans une prairie, mais regrettable quand ils s’attaquent en nombre à des légumes amoureusement plantés… Ils ont heureusement dédaigné les tomates, et avec double semis de salades et de courges, ils n’arrivaient pas à tout attaquer, il en restait suffisamment pour le marché. « Nos premières années ont été comme ça, à se payer très peu, voire pas du tout, à apprendre et à tâtonner. En fait, on s’est épuisés. Et quand ça fait un an que tout le monde te dit, « c’est des conneries votre truc, ça ne marchera pas », quand tu bosses sans arrêt en pensant au temps que tu enlèves à tes enfants, tout ça pour voir deux plantes et demie mourir sur trois, tu finis par te dire qu’ils avaient peut-être raison. »

Arrivée des Amap

L’épuisement d’Agnès était physique. Aussi quand, la même semaine, deux personnes qui ne se connaissaient pas, Bénédicte et Odile, lui ont téléphoné pour lui demander d’être le producteur des Amap qu’elles voulaient monter, l’une à Freneuse, l’autre à Vaucresson, elle y a vu, notamment, la formidable opportunité d’abandonner le marché, qu’elle assurait. « J’adorais ça, mais j’étais crevée. » Pour Régis, c’était plus profond et, en plus, il ne voulait pas entendre parler d’Amap. « Il a envoyé les filles bouler plusieurs fois, et à chaque fois elles sont revenues. » Finalement, le conseiller technique de la chambre d’agriculture ne leur cachant pas ses encouragements, un premier pique-nique Amap de prise de contact a pu se faire en avril 2007, avec un contrat et des paniers du 1er juin à la fin de l’année. Mais c'est justement en juin que Régis a décidé de faire ses valises ; « d’un commun désaccord », Agnès s’est retrouvée toute seule. « J’avais repris le boulot, à Houdan, je devais assurer 45 paniers avec un seul jour de récolte, le jeudi, et j’avais 2 garçons de 7 ans et 4 ans. »
Et c’est là que s’est manifesté le miracle de l’Amap : alors qu’Agnès venait leur annoncer qu’elle ne pourrait pas remplir le contrat, les Amapiennes, déjà responsabilisées devant « leurs » légumes, l’ont aussitôt assurée de leur solidarité. « Odile et Isabelle ne m’ont pas lâchée, quant à Bénédicte, elle était là tout le temps ; sa dernière fille était bébé, on lui avait installé un lit pliant sous un arbre et on a passé l’été à tout faire à deux. Il y a aussi un collègue de l’agence de l’eau que ce projet bio amusait ; il a pris tous ses jeudis pour venir m’aider ; le matin, on récoltait, l’après-midi, on prenait le camion et on allait d’abord poser les paniers de Freneuse dans le jardin de Bénédicte, sous le cerisier, puis ceux de Vaucresson sous le préau de l’école. »
Le contrat est rempli, mais Agnès a compris qu’elle doit se mettre à la recherche d’un associé. Et son premier réflexe est d’envoyer un SOS à son formateur en culture bio, Philippe Desbrosses, qui pourra peut-être trouver un candidat parmi ses stagiaires.

Mais c’est là un autre moment de l’histoire que l’on retrouvera plus tard. D’abord, dans le prochain épisode (pas encore écrit), nous reviendrons un peu en arrière pour le parcours de Bénédicte qui a créé notre Amap.
mlb